Préparer les populations sur le terrain

Préparer les populations sur le terrain

LA GESTION DES RISQUES ET L’ADAPTATION AU CHANGEMENT CLIMATIQUE

Face aux catastrophes naturelles qui frappent de façon récurrente et dont l’intensité augmente, la réponse d’urgence ne peut plus être le seul mode opératoire de l’aide humanitaire. Il apparaît nécessaire de préparer les populations les plus vulnérables en amont des incidents et des bouleversements chroniques induits par le changement climatique en développant des stratégies d’adaptation. Depuis les années 2000, Action contre la Faim a mis en place des projets de gestion de risques des désastres et d’adaptation au changement climatique. Ces projets ont pour objectif d’appréhender au mieux les conséq uences des aléas climatiques avant que ceux-ci ne se produisent afin de préparer les populations et d’en atténuer leurs impacts. Ils reposent sur une approche transversale et multisectorielle pour la mise en application des mesures de prévention, de préparation, de réponse, et de mitigation des catastrophes.

blog_Victor-Kiaya_Birmanie-370x218

› Surveiller pour mieux anticiper. Parmi ces mesures de préparation, Action contre la Faim met en place des systèmes de surveillance. Au Sahel, ACF travaille avec les dispositifs nationaux de prévention des crises alimentaires du Mali et du Niger en utilisant des outils basés sur les technologies SIG (Système d’Information Géographique) afin d’analyser la vulnérabilité des populations pastorales et de transmettre ces informations aux populations pour une meilleure préparation.

blog_alfons-rodriguez_haiti-370x218

ACF S’ENGAGE POUR L’AGRO-ECOLOGIE : UNE VISION PERENNE ET EFFICACE

Ensemble de pratiques agricoles, l’agro-écologie recherche les moyens d’améliorer les systèmes agricoles en imitant les processus naturels. Action contre la Faim travaille en étroite collaboration avec les gouvernements, les communautés paysannes et les sociétés civiles locales en prenant en compte les ressources disponibles et les savoir-faire locaux. A terme, cela permettra de garantir la sécurité alimentaire et nutritionnelle de tous, d’améliorer les rendements et les revenus des petits producteurs, de développer une agriculture durable et indépendante des énergies fossiles, d’améliorer la résilience des paysans face aux événements climatiques extrêmes et de ré- pondre aux défis d’adaptation et d’atténuation aux changements climatiques. De plus, en intégrant les questions de justice sociale et de représentation politique, l’agro-écologie contribue à la réalisation du droit à l’alimentation.

› Le Zai – technique d’agriculture de conservation et restauration des eaux et des sols – est une pratique de culture en poquet permettant de conserver l’eau et la fumure, améliorant ainsi la fertilité des sols.

› Les jardins de la santé sont une approche multisectorielle – alliance des programmes de sécurité alimentaire, d’éducation nutritionnelle, de santé, d’assainissement et d’accès à l’eau – dans le but de lutter contre la malnutrition.

› L’ECOSAN est une technique qui consiste à transformer les déchets issus des latrines en fertilisants naturels, valorisés dans la production maraîchère.

SCHEMA3CLIMAT

 

Comments are closed.